samedi 21 octobre 2017

Mawazine : La diversité musicale marocaine

Gnaoui

«Les temps forts de la programmation marocaine de Mawazine sur la scène Nahda, dans la salle de la Renaissance et à Salé»

La 14ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde, prévue du 29 mai au 6 juin 2015, fait la part belle aux chanteuses marocaines avec la participation d’une pléiade d’artistes. Qu’elles viennent de la soul, du rock, de la chanson arabe ou de la musique saharouie, les plus belles voix des femmes du Maroc seront au rendez-vous lors de cette édition.
Khansa Batma et Oum se produiront, vendredi 29 mai, sur la scène de Salé. En quelques années, Khansa Batma est passée du statut d’héritière de la chanson populaire marocaine à celui de représentante d’un son pop-rock mixant les sons de l’Occident et de l’Orient. Quant à Oum, elle s’est imposée grâce à un mélange impressionnant de puissance et de sensibilité. Connue pour ses looks hauts en couleurs et sa voix groovy, elle part régulièrement à la découverte d’inspirations nouvelles, à la croisée des chemins entre les styles gnaouis, hassani, jazz et soul.

Toujours à Salé, le public découvrira, dimanche 31 mai, le chanteur de l’Atlas, Mustapha Oumguil, dont l’inspiration puise dans les traditions musicales des hautes montagnes de l’Atlas. Présent sur la scène musicale marocaine depuis plus de vingt ans, il est considéré comme l’une des plus grandes voix de la chanson amazighe.
Lundi 1er juin, c’est au tour du groupe Essiham. Créé en 1979, le groupe fête ses 35 ans de carrière. De musique populaire aux résonances contemporaines, il sera aussi question le même jour, avec Issam & Abidate Rma, d’une combinaison détonante entre le chanteur et bassiste Issam Kamal, ex-leader du groupe Mazagan et le groupe Abidat Rma de Khouribga. Lamaalem Mahmoud Guinea, un grand maître de la musique gnaouie sera sur scène le mardi 2 juin. Guinea a eu l’occasion de vivre et de partager des fusions inédites, entremêlant son art à celui de musiciens d’envergure dans différents registres, dont Carlos Santana et Ayo. Hassan Almaghribi, lui, proposera le mercredi 3 juin un répertoire de chansons inspirées de ses nombreux séjours au Caire, tandis que Farid Ghannam fera une démonstration de son immense talent de musicien qui lui a permis, aux côtés du groupe Mayara, de remporter en 2007 le premier Prix du concours Génération Mawazine, ainsi que le premier Prix du Tremplin L’Boulvard l’année suivante. Un des groupes les plus connus d’El Jadida, Mazagan & Hamid El Hadri, sera également de la partie avec un set de chansons qui ravivent la musique populaire marocaine avec un brin de modernité, dans le plus pur style Chaabi Groove.
La scène Nahda accueillera, le vendredi 5 juin, trois belles voix féminines. Il s’agit d’Ibtissam Tisskat, de Fadwa Al Malki et de Dounia Batma qui se produiront sur la scène Nahda et seront accompagnées de l’Orchestre Marocain de la Musique Arabe. Considéré comme l’une des plus grandes formations musicales au Maroc et au Moyen-Orient, l’orchestre s’est produit dans des lieux emblématiques, tels que l’Opéra du Caire et, à l’occasion de manifestations de premier plan, le Festival des musiques sacrées de Fès et le Festival de Carthage.

Salle de la Renaissance

Cette salle accueillera à son tour une très grande famille de musiciens marocains: les Frères & les Fils Akkaf qui se produiront mardi 2 juin. Le groupe a été finaliste de Génération Mawazine et a participé à plusieurs concours, tels que Contest et Fuzula en 2013. La musique du sud marocain sera elle aussi présente à travers une immense chanteuse saharouie, Batoul Marouani qui sera sur la scène de la Renaissance vendredi 5 juin. Cette native de Laâyoune a révolutionné le chant hassani interprété jadis exclusivement par les hommes. Encouragée par un père artiste connu dans le sud du Maroc, Batoul a insufflé une nouvelle dynamique à cet art pour le faire connaître dans toutes les régions du Royaume. Elle a modernisé un répertoire ancien sans pour autant le dénaturer, ce qui lui a valu une reconnaissance de la part des plus grandes manifestations artistiques marocaines.

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Fondation Attijariwafa bank : Hommage posthume à Juan Goytisolo

La Fondation Attijariwafa bank a organisé, à Casablanca, une conférence-hommage à l’écrivain espagnol, Juan Goytisolo, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.