mercredi 23 août 2017

L’opéra «Don Giovanni» pour les mélomanes

Spectacle don giovanni

Pour la promotion de l’art et de la culture, le Crédit du Maroc, en partenariat avec l’Orchestre Philarmonique du Maroc (OPM), présente l’opéra «Don Giovanni» de Mozart, du 10 au 15 avril 2014, au Théâtre national Mohammed V à Rabat.

Un grand spectacle digne des plus grandes scènes internationales sera présenté au Maroc. Adapté et mis en scène par Jean-Marc Biskup, il regroupera 20 choristes, 8 solistes chanteurs et 58 musiciens, tous dirigés par Benoît Girault. Les spectateurs pourront suivre l’intrigue sur des prompteurs installés dans la salle, qui traduiront en français les chants et les dialogues italiens.

L’intrigue…

Séville au XVIIe. Don Giovanni est un jeune noble qui, au grand désespoir de son père, passe son temps à jouir de la vie. Très grand séducteur, fin manipulateur, aidé malgré lui par son pauvre valet Leporello, il attire les femmes dans son lit en leur promettant le mariage avant de les délaisser le lendemain. Après beaucoup de péripéties, il se retrouve pourchassé par les maris, les fiancés, les frères et les pères de celles qu’il a séduites et se réfugie dans un cimetière avec son valet pour se cacher des poursuivants. Il se trouve face à la statue de la tombe d’un père qu’il a tué en duel: la Statue du Commandeur. Celle-ci s’anime et lui demande de se repentir et de cesser de faire du mal sous peine de finir en enfer. Don Giovanni refuse…

«Viens à l’Opéra!»

Et ce ne sont pas seulement des mélomanes confirmés qui seront invités à ce grand spectacle. Comme de coutume, l’OPM n’oublie pas son jeune public et lui donne rendez-vous, jeudi 10 avril à 19h, dans le cadre du projet «Viens à l’Opéra!» dédié en exclusivité aux jeunes élèves des écoles élémentaires et du collège. Ce projet s’appuie à la fois sur la connaissance approfondie de l’œuvre présentée et sur la découverte des métiers des différents acteurs artistiques et techniques. A souligner que, depuis 2011, l’Orchestre Philarmonique du Maroc et le Crédit du Maroc mettent un point d’honneur à promouvoir ensemble l’opéra en relevant le défi de réaliser des productions complètes. Ainsi, ce partenariat a permis la mise en scène de grandes pièces, notamment Tosca en 2011, La Bohème en 2012 et La Traviata en 2013.
A noter que le Crédit du Maroc est également engagé dans d’autres manifestations culturelles, telles que le Concours International de Musique du Maroc, les expositions d’art plastique et arts visuels à travers sa série «Emergence» en partenariat avec Loft Art Gallery, mais également les événements organisés par les Instituts Français au Maroc dans le cadre de la Saison culturelle.

Pour tout renseignement: 06-65-70-00-00  http://www.opm.ma/  /  https://www.facebook.com/ConcertsOPM

Bouchra Elkhadir

………………………………………………………………………..

W.A. Mozart


Wolfgang Amadeus Mozart est né le 27 janvier 1756 à Salzbourg, en Autriche. Il avait une sœur plus âgée, Maria Anna, surnommée Nannerl. À l’âge de trois ans, le jeune Wolfgang a débuté des leçons de clavecin et à cinq ans, il a écrit la première d’une série de plus de 600 compositions. Les deux enfants Mozart et leur père (un musicien accompli) ont entrepris une série de longues tournées européennes. Le jeune Mozart et Nannerl ont joué dans les cours des rois et des princes, devant des archevêques et même devant Marie-Antoinette, la future reine de France. Doué d’une oreille musicale extraordinaire, Mozart étonnait ses auditeurs en répétant de longs morceaux de musique qu’il n’avait entendus qu’une seule fois. Il a écrit sa première symphonie à l’âge de dix ans et son premier opéra à 12 ans.
A Vienne, il a rencontré une chanteuse, Constanze Weber, qu’il a épousée. Ils ont eu six enfants dont seulement deux ont survécu et aucun petit-enfant… Mozart s’est bâti avec succès une belle carrière de compositeur, d’interprète et de professeur, même s’il eut parfois quelques problèmes financiers. Son père est mort en 1787; plus tard, cette année-là, Mozart et Constanze se sont rendus à Prague pour la présentation de la première tant attendue de Don Giovanni. Les années suivantes ont été fort remplies avec des commandes, des opéras et des performances pour l’Empereur. En 1791, on a demandé à
Mozart de composer un Requiem ou une messe pour souligner le décès d’une personne. Malheureusement, sa propre mort, probablement attribuable à une fièvre rhumatismale, l’a empêché de compléter l’ouvrage: il n’avait que 35 ans.

 

Voir aussi

Nouveau : un «Forum marocain de l’innovation et du dialogue des cultures»

Le «Forum marocain de l’innovation et du dialogue des cultures», une nouvelle plate-forme dédiée à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.