mardi 24 octobre 2017

FIFM : Ouverture en beauté, mais…

Fifm isabelle huppert decembre 2014

Le Festival international du Film de Marrakech, connu sous le nom de «FIFM» depuis 13 éditions, se fera désormais appeler «Festival de Marrakech».

Depuis sa création en 2001, le Festival international du film de Marrakech a vu défiler sur son tapis rouge des stars, comme Martin Scorsese, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Monica Belluchi, Sophie marceau, Majd, Habiba El Madkouri, Bastaoui, Mohamed Khouyi… D’autres suivront certainement, parce que c’est un événement qui s’impose pas après pas.
Le 14ème FIFM s’est donc ouvert, vendredi 5 décembre, par un vibrant hommage au célèbre acteur égyptien, Adel Imam, suivi de la projection inaugurale du film britannique «The theory of everything» de son réalisateur James Marsh. Un dîner a été offert aux participants, en présence du Prince Moulay Rachid, président de la Fondation du festival. Plus de 20 pays sont représentés à cette 14ème édition, avec 87 films projetés en 10 jours, dont quinze longs-métrages en compétition officielle et une dizaine en lice pour le Prix Cinécol. C’est une diversité de films conçus et réalisés dans les cinq continents, ce qui vaut à ce rendez-vous sa vocation internationale.
Le 14ème Festival international du film de Marrakech se poursuit jusqu’au 13 décembre. Cette édition s’est ouverte par le film anglais «The theory of everything » (une merveilleuse histoire du temps) de James Marsh et sera clôturée par le film américain «A most violent year» de J.C. Chandor.
Ce n’est pas officiel, mais des sources proches de l’organisation avancent que le Festival international de Marrakech, communément appelé depuis 13 éditions «FIFM», se fera désormais appeler «Festival de Marrakech».

Des sources proches des organisateurs en veulent pour preuve que, même si ce n’est pas encore annoncé officiellement, l’agence marocaine MAP a déjà enlevé le sigle «FIFM» de ses dépêches. Apparemment, l’année prochaine ce sera le «Festival de Marrakech» tout court. Mais cela n’empêche pas de relever quelques faits flagrants: l’absence des artistes marocains lors de cette édition n’a échappé à personne. En revanche, on a vu des mannequins comme Leila Hadioui ou le chanteur Abdellah Daoudi.
Même traitement pour les journalistes marocains, exclus d’activités-phares…
Le Festival est né d’un défi, dans des conditions qui ont secoué le monde, juste après les attentats du 11 septembre2001. Mais, malgré ces circonstances, il est arrivé à attirer le monde du 7ème art.

«The theory of everything »

Ce long-métrage hors compétition raconte l’histoire extraordinaire de l’un des cerveaux les plus brillants de notre temps, l’astrophysicien Stephen Hawking. En 1963, au Royaume-Uni, Stephen, brillant étudiant en cosmologie de l’Université de Cambridge, tombe amoureux de Jane Wild, une étudiante en art. Le jeune homme, alors à la fleur de l’âge (21 ans), est confronté à un diagnostic implacable: il est atteint d’une dystrophie neuromusculaire qui va s’attaquer progressivement à ses membres, sa motricité et son élocution et à termes, deux ans plus tard, finira par le tuer. Grâce à Jane, à son courage, à son caractère résolu et l’amour indéfectible que chacun porte à l’autre, le couple livre ensemble son nouveau combat pour tenter de retarder l’inéluctable. Et ensemble, ils vont alors révolutionner le monde de la médecine et de la science et atteindre cet au-delà de ce qu’ils n’auraient jamais osé, ensemble, imaginer: le XXIe siècle

Hommage à deux producteurs marocains

Le FIFM a rendu des hommages simultanés à deux producteurs de cinéma marocains, Zakaria Alaoui et Khadija Alami. A eux deux, ils totalisent plus de 120 productions étrangères, comme Mission Impossible 5.

Invité d’honneur

Le Japon est le troisième pays producteur de longs-métrages au monde. Depuis ses débuts, le Festival a témoigné de la vitalité et de la puissance de la cinématographie japonaise à travers la sélection de films en compétition et les hommages rendus à certains de ses plus illustres représentants. Aujourd’hui, l’édition 2014 célèbre le cinéma japonais en accueillant une importante délégation d’acteurs, réalisateurs, scénaristes et producteurs, présidée par l’une des figures du renouveau du cinéma japonais, le cinéaste Hirokazu Kore-Eda, auteur d’une riche filmographie qui lui a valu des récompenses prestigieuses à travers le monde et un hommage appuyé au Festival de Marrakech en 2013. A cette occasion, une rétrospective, de plus de 26 films offre aux cinéphiles et au public du Festival un large panorama de la riche filmographie de ce pays.

Bouchra Elkhadir

Hommages

Jeremy Irons
Cette 14ème édition a été marquée, samedi 6 décembre, par un vibrant hommage rendu à une des légendes vivantes du 7ème Art, le célèbre Jeremy Irons qui connaît bien le festival. Sur la scène du Palais des Congrès, l’acteur britannique a reçu l’Etoile du Festival des mains de la comédienne française Laetitia Casta. Il était présent lors de la première édition. Il était aussi président du jury courts-métrages lors de la troisième édition en 2003.

Viggo Mortensen
La projection du film «Far From» (1h41-France) a eu lieu en présence du réalisateur David Oelhoffen et de l’acteur Reda Kateb. 7000 spectateurs se sont rendus ce dimanche 7 décembre sur la place Jamaâ El Fna pour acclamer l’acteur Viggo Mortensen. On a même eu droit à un show ce dimanche soir, quand Mortzensen s’est adressé en arabe et en français à son public de la place Jamaâ El Fna. L’acteur a exhibé un drapeau du club argentin de San Lorenzo de Almagro qui participe au Mondialito au Maroc, qu’il soutient personnellement tout en dansant. Les fans ont pu redécouvrir cet acteur fétiche dans son dernier rôle dans «Loin des hommes». L’acteur incarne le rôle d’un instituteur français prenant ancrage dans la guerre d’indépendance algérienne dans les années 1950. Pour ce rôle, l’artiste a appris le français et quelques mots arabes. D’ailleurs, une partie du film a été tournée au Maroc, dans l’Atlas.

Voir aussi

Fondation Attijariwafa bank : Hommage posthume à Juan Goytisolo

La Fondation Attijariwafa bank a organisé, à Casablanca, une conférence-hommage à l’écrivain espagnol, Juan Goytisolo, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.