lundi 23 octobre 2017

Exposition : La mer, destination finale?

Expo la mer destination finale

Cette exposition, qui se déplacera dans trois villes du Royaume, est organisée par l’Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre (AESVT), avec le soutien de la fondation Drosos et en collaboration avec le Musuem für Gestaltung Zürich.

L’inauguration de l’exposition environnementale sur la pollution des mers par le plastique sous le thème de «La mer, destination finale? Projet des déchets plastiques», prévue le vendredi 31 octobre à Casablanca, sera présidée par Hakima El Hiti, ministre déléguée chargée de l’Environnement. Cette exposition internationale, qui s’adresse à un public de tous âges, a pour objectif de contribuer à la valorisation des mers et des zones côtières et à la mobilisation en faveur de l’atténuation de la pollution causée, entre autres, par le plastique. Elle vise aussi à sensibiliser les jeunes à la fragilité de ces milieux. Elle se tient à Casablanca, du 31 octobre 2014 au 31 janvier 2015. Elle se déplacera à Tétouan du 20 février au 20 avril 2015 et à Agadir du 5 mai au 5 juillet 2015. Ce projet international s’intéresse à la question de la pollution des océans par les débris plastiques qui a atteint des proportions très préoccupantes, avec plus de 6 milliards de tonnes et la disparition de plus de 100.000 espèces animales par an.

Pourquoi le choix du Maroc?

En premier lieu, comme nous l’a déclaré Roman Aebersold qui représente le Museum du Design (Museum für Gestaltung) de Zurich, parce que le Maroc a une longue côte. Ensuite, selon R. Aebersold, après évaluation du projet lancé de Zurich, les initiateurs ont voulu partager l’expérience avec des pays arabes où il y a des partenaires locaux. En effet, après la «première» exposition à Zurich en Suisse en 2012, organisée par le Museum für Gestaltung Zürich et la Fondation Drosos et suite au succès de l’exposition en Europe, ces deux organisation ont cherché d’autres partenaires qui épousent les mêmes préoccupations. Le choix a porté sur 4 pays arabes: l’Egypte, le Maroc, le Liban et la Jordanie.
Considérant que l’exposition originale ne peut être transférée telle quelle est dans ces pays, la Fondation Drosos et le Museum für Gestaltung Zürich se sont associés pour soutenir certaines organisations partenaires locales dans le but de la restructurer et de l’adapter aux contextes régionaux et aux pays spécifiques. Ainsi, l’Association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre s’est impliquée: les déchets plastiques sont collectés localement et les partenaires sont encouragés à développer un programme éducatif pour attirer l’attention de la société et des décideurs, afin d’améliorer les systèmes de gestion des déchets et de renforcer le corpus des lois et règlements. Un danger invisible nous guette donc et nous guide vers un désordre écologique qui aura des retombées négatives sur les grandes zones marines.
Cette exposition est donc une sonnette d’alarme sur les énormes quantités de plastique qui envahissent nos océans tous les jours et leur répercussion désastreuse sur l’environnement et, par voie de conséquence, sur notre santé.

Bouchra Elkhadir

Dix mois de travail


Cet événement est le fruit de plus de 10 mois de travail durant lesquels l’AESVIT-Maroc a participé et réalisé diverses actions et activités: organisation d’un atelier national, participation au 2ème Forum de la mer, sorties sur le littoral, participation au 2ème atelier de travail sur le projet à Casablanca, des échanges entre les 4 pays de la région MENA, formation d’animateurs pour l’exposition… Par ailleurs, une campagne de collecte massive de déchets plastiques marins au niveau national a été lancée en avril 2014 et a mobilisé plus de 6.000 élèves et acteurs locaux, 200 établissements scolaires et clubs d’environnement et 15 sections de l’AESVT-Maroc aux niveaux de 30 plages et de villes côtières.

 

Voir aussi

Fondation Attijariwafa bank : Hommage posthume à Juan Goytisolo

La Fondation Attijariwafa bank a organisé, à Casablanca, une conférence-hommage à l’écrivain espagnol, Juan Goytisolo, …

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.