mardi 19 juin 2018
Flash Infos

Académie du Maroc : Place à la musique classique du Monde arabe

Dans le cadre du programme «Arabesque», initié par l’Académie du Royaume du Maroc, pour faire redécouvrir les compositeurs arabes de musique classique, cette haute institution, que dirige le Secrétaire perpétuel, Abdeljalil Lahjomri, a ouvert -une bien grande première!- ses portes aux amoureux de la musique, en leur offrant un récital de piano magistralement dirigé par l’artiste marocain Benabdallah. Avec ce savoureux récital, chaudement applaudi par un cercle de mélomanes avertis et une assistance triée sur le volet et très attentive au répertoire musical offert lors de cette soirée mémorable, c’est le début d’un long chemin que l’Académie du Royaume du Maroc a entamé, en introduisant la musique classique dans son enceinte.

L’expérience a commencé par des compositeurs classiques du Monde arabe avec, pour objectif, de familiariser les Marocains avec des artistes arabes inconnus, mais aussi des compositeurs et des auteurs qui font honneur à l’ensemble des pays arabes.

Pour l’artiste Marouan Benabdallah, ce projet «Arabesque: Musique classique du monde arabe» n’est pas limité aux seuls compositeurs arabes. Il s’ouvre également à des compositeurs turques, iraniens et à des «occidentés» influencés par la culture arabe, tels que Ahmed Adnan Saygun, Albéniz Bartok, Saint-Saëns (qui a beaucoup voyagé en Afrique du Nord) et d’autres.

«Par les temps qui courent, où la méfiance envers le monde arabo-musulman ne cesse de croître, il est de notre intérêt, souligne Marouan Benabdallah, de faciliter une meilleure compréhension et de renforcer le dialogue entre les cultures et les peuples». Et l’artiste de conclure: «Nous pensons que cette convergence à travers la musique et à travers l’art en général est un merveilleux moyen de promouvoir la tolérance et la paix entre les mondes arabe et occidental».

Tout le mérite revient donc à Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie et à son équipe de collaborateurs qui ont veillé à la mise en œuvre de cette belle soirée et du programme minutieusement préparé, avec délicatesse et beaucoup de savoir-faire auxquels nous a habitués l’Académie.

«L’Académie du Royaume du Maroc, par ce premier concert, inaugure un long, périlleux et néanmoins enthousiasmant parcours de révélations, de redécouvertes, de réhabilitation et de reconnaissance», a fait savoir Abdeljalil Lahjomri.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Exposition : Cherkaoui entre modernité et enracinement

Le vernissage de l’exposition «Ahmed Cherkaoui: entre modernité et enracinement», qui se poursuit jusqu’au 27 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.