mardi 24 octobre 2017

Le Maroc demande le report de sa CAN

Can 2015 maroc kenya

A trois mois du coup d’envoi prévu à Marrakech, le Maroc a demandé le report de sa Coupe d’Afrique des nations de football. Détails.

«Le Maroc a décidé de reporter la CAN 2015 à cause de la propagation du virus Ebola», a annoncé Mohammed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports. Cette décision fait suite à une recommandation du ministère marocain de la Santé d’éviter tous les rassemblements publics auxquels prennent part des pays touchés, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Jeunesse et des sports. La pire épidémie de l’histoire, Ebola, qui touche essentiellement trois pays d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia et Sierra Leone), a franchi le cap des 4.000 morts et les premiers cas sont apparus hors du continent africain (Etats-Unis et Espagne), renforçant les craintes. Aucun indice ne laissait toutefois présager cette démarche du Maroc: le royaume, où aucun cas d’Ebola n’a été recensé à ce jour, a jusque-là mis un point d’honneur à ne pas se laisser atteindre par ces craintes.
En septembre dernier, le Maroc a élevé son niveau de vigilance. Mais, pour le reste, au nom de la solidarité africaine, il est le seul pays à avoir maintenu l’ensemble de ses liaisons aériennes avec les pays les plus touchés.

Ce même mois, il a accueilli une importante délégation comprenant 13 ministres et une centaine d’hommes d’affaires venus de Guinée, pour un forum bilatéral. «Face à la propagation du virus Ebola, un fait sanitaire majeur, l’intérêt suprême du Maroc et des citoyens marocains et africains compte avant tout», a déclaré Hamid Faridi, conseiller du ministre de la Jeunesse et des Sports.

La CAF dit non au Maroc

Samedi 11 octobre, la Confédération africaine de football (CAF) a réagi à la demande du Maroc de reporter la phase finale de la CAN 2015. «La CAF a enregistré cette requête et confirme qu’aucun changement n’est à l’ordre du jour du calendrier de ses compétitions et événements», a indiqué la Confédération africaine dans un communiqué publié sur son site officiel, tout en ajoutant: «Il est à noter que depuis la première édition en 1957, jamais la Coupe d’Afrique des Nations n’a fait l’objet d’une déprogrammation ou d’un différé». La CAF a également tenu à rappeler que, depuis le début des phases éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2015, consciente des risques sanitaires posés par le virus Ebola, elle a constamment appliqué les principes de précaution en prenant en considération les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de divers experts médicaux.
La perspective d’un report de la CAN constitue un gros casse-tête pour la CAF qui peut difficilement trouver une alternative dans un laps de temps aussi réduit. Aux dernières nouvelles, le président de la Fédération sud-africaine, Dany Jordaan, a indiqué à qu’il avait reçu un appel du président de la CAF, Issa Hayatou. «Je vais le rencontrer la semaine prochaine en Namibie où il assistera au Championnat d’Afrique féminin», a-t-il précisé. Hôte du Mondial-2010, l’Afrique du Sud est a priori le seul pays capable de relever un tel défi, ayant déjà suppléé la Libye pour l’organisation de la CAN-2013. Dans l’attente d’une décision définitive, les qualifications suivent en effet leur cours, au même titre que la préparation de la sélection marocaine, le Maroc étant qualifié d’office en tant que pays organisateur. Après avoir battu (4-0) la Centrafrique jeudi 9 octobre, les Lions de l’Atlas ont affronté lundi dernier, en match amical, le Kenya.
«La demande de la partie marocaine sera traitée lors de la prochaine réunion du Comité exécutif de la CAF, prévue le 2 novembre prochain à Alger, en marge de la finale retour de la Ligue des Champions Orange 2014 de la CAF», a conclu l’instance. Par la suite, une rencontre sera organisée entre la CAF et la partie marocaine à Rabat le 3 novembre 2014. Affaire à suivre…

Anas Hassy
………………………………………………………………

Ce qu’ils en disent…

Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports
«Le Maroc a décidé, d’une manière définitive et irréversible, le report de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2015) à cause de la propagation fulgurante du virus d’Ebola. Pour le moment, nous maintenons notre demande de report qui est tout à fait légitime. Cette demande est justifiée par les craintes de l’OMS et du ministère de la Santé. Nous allons étudier ensemble, avec la CAF, la meilleure option possible. La durée de ce report dépendra des études épidémiologiques qui seront réalisées. Nous sommes en contact avec Issa Hayatou. Nous tiendrons une ou deux réunions avec lui pour tenter de trouver une solution. Nous ne sommes pas prêts à hypothéquer la santé des Africains. Il est vrai que la CAN n’a jamais été reportée mais, en même temps, on n’avait jamais eu Ebola. Nous comptons sur la sagesse de la CAF».

Lahoucine Louardi, ministre de la Santé
«Nous n’avons aucun cas actuellement au Maroc. Il ne faut donc pas paniquer. Nous avons demandé le report de la CAN 2015 par principe de précaution, puisque cette maladie se propage rapidement. Le virus a déjà fait plus de 4.000 morts, selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), publié le 8 octobre dernier. Notre demande de report repose sur l’avis de la Commission scientifique nationale, qui comprend des experts et des spécialistes en épidémiologie, des urgences et de la réanimation, émis lors de la réunion tenue mardi dernier (7 octobre). La Commission a mis l’accent sur le caractère exceptionnel de cette situation du point de vue épidémiologique, ses dangers et ses répercussions sur la santé publique et fait part de sa préoccupation d’une éventuelle propagation de l’épidémie au Maroc à cause d’un rassemblement humain aussi grand que la CAN, avec plus de 100.000 visiteurs qui viendront de plusieurs pays africains, y compris de ceux qui sont touchés par la maladie. En cas de maintien de l’événement, le Maroc sera dans l’obligation de suivre l’état de santé de tous les visiteurs en provenance des pays touchés pendant la période d’incubation du virus, qui pourrait atteindre 21 jours. Il doit également assurer le contrôle de toutes les personnes qui seraient entrées en contact avec ces cas et ce, conformément aux recommandations de l’OMS et aux orientations du Plan national de prévoyance et de lutte contre le virus Ebola. Il faut donc anticiper et prendre des mesures pour protéger la santé de nos concitoyens, ainsi que celles des visiteurs du Maroc».

Moussa Maazou, attaquant de l’équipe nigérienne
«Je ne sais pas ce qui va se passer, mais j’espère de tout mon cœur que ça ne va pas être reporté, que ça ait bien lieu en 2015. Nos clubs ne vont jamais vouloir nous libérer à un autre moment de la saison. Déjà, les clubs n’aiment pas quand les joueurs partent disputer la Coupe d’Afrique en janvier. Donc, j’attends de voir ce qui va se passer».

Gernot Rohr, sélectionneur de l’équipe du Niger
«Si le report peut apporter un plus en termes de sécurité, bien sûr! Mais je reste favorable au maintien des dates, parce que plus vous attendez et plus vous risquez d’avoir des cas d’infection».

Claude Le Roy, sélectionneur de l’équipe du Congo
«Je ne comprends pas bien pourquoi le Maroc accueille la Guinée (un des pays les plus touchés par le virus, Ndlr) pour son match face au Ghana et, d’un seul coup, fait tout ce cinéma. Les discussions que j’ai pu entendre à table, depuis hier (9 octobre), m’ont énervé, parce que j’avais l’impression qu’on oubliait le match et qu’on ne parlait plus que de cette soi-disant suspension de la CAN».

Voir aussi

SM le Roi préside un Conseil des ministres axé sur le volet social

Le Conseil des ministres présidé par SM le Roi Mohammed VI, lundi 2 octobre 2017 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.